Grâce à Green Shield Canada (GSC), j’ai eu la chance de bénéficier d’une couverture soins médicaux et soins dentaires régulière au cours des 10 dernières années, tout d'abord par l’intermédiaire de l’Association étudiante de l’Université de Toronto et ensuite par le biais d’entreprises, dont CoPower, pour lesquelles j’ai travaillé. 

Mais jusqu’à ce que l’entreprise populaire, spécialiste en garanties sociales, investisse l’année dernière dans des obligations vertes CoPower  et que je les contacte pour interviewer Daniel Allaire, leur analyste financier, je n’avais pas réalisé qu’elle était une force positive.

 

Un autre type d’entreprise à vocation sociale

Toute première surprise : GSC est une entreprise à but non lucratif ayant une mission sociale très forte. Son histoire commence en 1957 avec un pharmacien de Windsor qui voyait ses clients peiner pour régler leur note de médicaments. Bill Wilkinson a fondé GSC pour donner à tous l’accès aux soins de santé et, à ce jour, l’entreprise demeure la seule structure nationale sans but lucratif dans le secteur des garanties de soins médicaux et dentaires au Canada. 

« Nous facturons nos services, mais comme nous sommes une organisation à but non lucratif, nous devons utiliser tout excédent réalisé pour poursuivre notre mission », déclare Daniel qui se charge des rapports sur les investissements de l'entreprise. « Ce qui signifie réinvestir dans GSC et la communauté. »

 

Un autre type d’investisseur (un investisseur d’impact, pour être plus précis)

« Les surplus sont consacrés à notre fonds d’innovation sociale », explique Daniel. « À partir de là, nous octroyons directement des fonds à la communauté au travers de subventions. Plus récemment, nous avons également fait des investissements d’impact, dont le rendement a permis de faire fructifier le fonds, nous permettant d’en faire plus. »

L’investissement d'impact est une stratégie de placement visant à générer des rendements financiers en même temps que des changements sociaux et environnementaux positifs. L’un des plus récents investissements d’impact de GSC a été dans les obligations vertes CoPower de 5 ans à 5 %.

D’après Daniel, le placement CoPower a été un « ajustement facile » d’un point de vue impact tant positif que financier.

Le rendement cible de GSC pour l’ensemble du portefeuille en investissement d’impact est un taux réel conservateur de 2 % sur 10 ans. «  Comme les obligations CoPower sont plus élevées, elles nous donnent une marge de manœuvre pour accepter des rendements inférieurs sur d’autres placements », nous confie Daniel. « Notre diligence raisonnable a montré que le niveau de risque nous convenait et nous avons également attribué des notes solides à CoPower pour ses qualités en matière de leadership et d’exécution.

Quant au type de changement positif qu’ils souhaitent obtenir à partir de leurs investissements, ils se concentrent sur les liens entre la santé et d’autres questions importantes telles que l’environnement, l’accès au logement, l’emploi et l’éducation.

Les obligations vertes CoPower soutiennent les projets en énergie propre de petite dimension au Canada, contribuant à réduire les émissions de GES responsables des changements climatiques. GSC considère que cet investissement s’aligne sur ses objectifs en matière de santé et d’environnement. 

« Nous considérons la santé et les changements climatiques comme étant reliés à plusieurs niveaux », déclare Daniel. « Les vagues de chaleur, par exemple, ont des effets négatifs sur la santé, mais on constate aussi que les changements climatiques nuisent à la santé mentale à la fois en raison des évènements catastrophiques qu’ils produisent mais aussi à cause de l’effet accablant du problème. C’est important pour GSC. »

« Les obligations vertes nous font bénéficier des réductions d'émissions directes que nous attendions et proposent aux gens une chose concrète qu’ils peuvent faire pour lutter contre les changements climatiques », précise Daniel qui se considère comme l’homme vert du bureau. « Je surveille ma propre empreinte carbone, alors, sur le plan personnel, c’était intéressant d’apprendre qu’un placement fait la même chose. »

GSC suit l’impact de tous ses placements. Avec les obligations vertes, cela se fait par l’intermédiaire de rapports trimestriels envoyés par CoPower à l’ensemble des investisseurs et qui mentionnent les émissions de carbone évitées, les économies d’énergie et la réalisation de nouveaux projets d’énergie propre.

Pour GSC, l’investissement d’impact consistait à trouver un autre moyen de faire le bien à l’aide du fonds d’innovation sociale au-delà des aides directes. Cette stratégie a été mise en place en 2017, après plus d’un an de recherche et de développement minutieux avec des experts-conseils chez Wetherby Asset Management et Purpose Capital (aujourd'hui Rally Assets). 

Parmi les autres investissements à impact présents dans le fonds d'innovation sociale de GSC, il convient de citer le New Market Funds qui soutient le logement abordable, les entreprises coopératives et les prêts communautaires au Canada, ainsi que le Artscape Launchpad qui propose un espace de travail collaboratif à prix raisonnable à la communauté artistique florissante de Toronto. GSC agit actuellement avec diligence sur de nouvelles opportunités.

 

Un autre type d’entreprise citoyenne

Outre leurs investissements d’impact, l’entreprise a, au cours des dernières années, distribué des millions de dollars sous forme de subventions communautaires d’un océan à l’autre, en partie grâce aux rendements générés par leurs placements, dans des domaines contribuant à favoriser la mission de GSC. 

« Nous soutenons des initiatives qui me tiennent particulièrement à cœur et qui ont eu une incidence sur ma vie. » L’Essex Regional Conservation Authority, l’organisme de conservation local de Windsor, a bénéficié de l’une des nombreuses subventions que GSC accorde au fil des ans. « L’ERCA établit une voie verte pour aider les gens à se déplacer au sein de la communauté de manière plus durable. Je l’emprunte lorsque je vais au travail. » 

GSC a bien des raisons de se sentir bien et, comme il faut s’y attendre, Daniel ajoute que l’entreprise possède une belle culture de groupe et que c’est un excellent milieu de travail.  « Tout repose sur la mission. »

 

 

Les obligations vertes pour faire un profit et faire la différence.

 

*Note de l’éditeur : Green Shield Canada a investi dans la deuxième émission d’obligations vertes de CoPower (Obligation vertes II), Série E, qui offrait un rendement annuel de 5 % sur un terme de 5 ans.  L’obligation verte III offrant un taux annuel de 5 % sur 6 ans ou de 4 % sur 4 ans est disponible sur notre plateforme CoPower et convient à tout type d’investisseur. Cet article de blogue a été sollicité par CoPower et pourrait ne pas être représentatif des points de vue d’autres investisseurs, actuels ou potentiels, des obligations vertes de CoPower. Veuillez consulter la notice d’offre de CoPower Finance Inc. datée du 11 mai 2018, pour toutes les informations importantes au sujet de Finance CoPower Inc., de la troisième émissions des obligations vertes de CoPower et des modalités de l’offre de la troisième émission des obligations vertes de CoPower.