Nous sommes très heureux de vous présenter le dernier investissement qui va soutenir le portefeuille des obligations vertes CoPower: le refinancement de plus de 2 500 000 $ pour un projet solaire communautaire dans le canton de McNab-Braeside dans l’Est de l’Ontario.

Au vu des récentes élections en Ontario, ce projet est l’illustration parfaite de comment CoPower et nos investisseurs d’obligations vertes peuvent s’unir pour encourager la transition énergétique au Canada et pourquoi c’est aujourd’hui plus important que jamais.

 

Un investissement solide dans l’énergie solaire

Si vous connaissez bien la philosophie de placement de CoPower pour nos obligations vertes, plus c’est ennuyant mieux c’est. La structure de financement et les composants technologiques de ce projet sont très similaires à ceux des projets solaires de petites tailles que l’on retrouve à travers l’Ontario.

Située sur une propriété rurale à McNab-Bareside, à une heure d’Ottawa, l’installation solaire photovoltaïque au sol de 599 kW DC est pleinement opérationnelle depuis juillet 2017. Elle utilise des technologies éprouvées comme des modules solaires similaires à ceux qu’on voit dans la province et dans le monde entier. Nous avons aussi été attirés par le fait que le projet utilise des suiveurs solaires à deux axes, ce qui permet aux panneaux de suivre le soleil et ainsi maximiser la production d’électricité. 

Chaque projet que nous finançons nécessite d’avoir une contrepartie solvable et une source de revenus stable et prévisible. Ce projet solaire a un accord d’achat d’énergie de 20 ans sous le programme ontarien de tarifs de rachat garantis (TRG), et les rendements des détenteurs d’obligations vertes vont venir indirectement de la vente d’électricité propre à la société d’exploitation de la province l’Independent Electricity System Operator (IESO), une agence gouvernementale indépendante avec une notation de crédit « Aa2 » (comprendre : bonne) de Moody’s.

 

Renfrew Solar Enterprises Solar Project Credit photo: Braeside Solar Energy Cooperative 

 

La force d’une communauté

En plus de ses avantages environnementaux évidents, à savoir que le projet devrait permettre d’éviter 40 tonnes de CO2 chaque année, soit l’équivalent de 157 778 km parcourus par une voiture moyenne, CoPower a été attirée par la structure communautaire du projet et par les bénéfices sociaux qui en découlent.

Détenu par Braeside Solar Energy Cooperative (BSEC), majoritairement, et par Creativity + Inc, une agence de conseil en ingénierie à Ottawa, le développeur du projet, Renfrew Solar Enterprises Inc, est né de l’association de ces deux organisations. Leur objectif : mettre au point un modèle d’affaire démocratique, autonome et durable écologiquement, socialement et financièrement, afin de fournir de l’électricité communautaire à leur ville, tout en proposant aux membres un taux de rentabilité raisonnable.

Pour Patrick Caicco de Renfrew Solar Enterprises, « le financement de CoPower a dégagé notre bilan, ce qui nous permet d’investir nos ressources pour développer notre prochain projet solaire ». « Cela fait une vraie différence de sécuriser un financement de la part d’un investisseur qui a une mission similaire à la nôtre, qui comprend le développement du solaire et qui s’investit pour les mêmes raisons que nous. »

De notre côté, nous sommes ravis de pouvoir soutenir une énergie communautaire, dont les bénéfices économiques à grande échelle ont été démontrés. D’après un rapport de Toronto Renewable Energy Cooperative (TREC), pour chaque dollar investi dans une énergie communautaire sont créés deux dollars dans l’activité économique. Les projets communautaires génèrent deux fois plus d’emplois locaux que des projets de grande envergure. Ils augmentent aussi la résilience du réseau, réduisant ainsi le besoin d’une transmission coûteuse.

 

Bon pour votre portefeuille, bon pour la planète. 

Malgré leurs avantages financiers, sociaux et environnementaux incontestables, les projets communautaires sont souvent trop petits pour attirer les financements des prêteurs traditionnels comme les banques ou les fonds de pension. En même temps, ils offrent un potentiel d’impact considérable et c’est pourquoi nous portons nos efforts de financement sur ce type de projets.

Un placement dans les obligations vertes de CoPower de 6 ans à 5% ou de 4 ans à 4%, est un placement dans des projets de petite à moyenne taille qui luttent contre le changement climatique, comme ce projet-ci et plus de 400 autres principalement au Canada.

Nous regroupons des centaines de prêts à des projets d’impact au sein d’un portefeuille diversifié qui soutient vos obligations vertes CoPower. En plus des projets solaires en Ontario, notre portefeuille d’obligations vertes comprend des prêts à des projets en rénovation DEL dans des immeubles condos en Ontario, en Colombie Britannique et en Alberta, ainsi que des installations géothermiques résidentielles au Québec. Ces projets génèrent des revenus stables de la vente d’énergie propre ou des économies d’énergie, et au fur et à mesure que les développeurs remboursent leur prêt, cet argent est transmis indirectement à nos investisseurs d’obligations vertes sous forme de paiement des intérêts.

C’est une proposition gagnant-gagnante. Le modèle de CoPower, porté par l’économie solide des énergies propres, permet à nos investisseurs de gagner des rendements intéressants tout en permettant le financement catalyseur pour aider la croissance des énergies propres dans notre pays.

 

Les obligations vertes pour faire un profit et faire la différence.

 

 

Continuons à encourager la transition énergétique

Nous ne pourrions pas publier un article de blogue sur un projet solaire en Ontario sans aborder la grande question que tout le monde se pose : que va-t-il se passer? Doug Ford est le nouveau premier ministre de l’Ontario et il a déjà commencé son mandat de démanteler les programmes et aides écologiques du gouvernement aux propriétaires et entreprises. Avant même d’entrer en fonction, il a annulé le Fonds pour un Ontario vert qui offrait des rabais pour les véhicules électriques, les fenêtres à haut rendement énergétique et les systèmes solaires et géothermiques.

Aussi troublante qu’est cette nouvelle pour l’industrie, les investissements actuels de CoPower dans des projets en énergie propre en Ontario, ainsi que les projets à venir que nous étudions, ne seront vraisemblablement pas touchés directement par les actions du premier ministre. Nous voyons aussi de nouvelles opportunités émerger, comme par exemple le système de la facturation nette dernièrement présenté en Ontario, ce qui permettrait aux propriétaires et aux entreprises de réduire leur facture d’électricité et de vendre l’excès d’énergie au réseau, au fur et à mesure que les coûts du solaire diminuent.

Avec tout ce qui se passe en Ontario, notre travail de proposer des financements accessibles à des projets en énergie propre et de soutenir l’avancée de la transition énergétique, en Ontario et dans tout le Canada, nous parait plus important que jamais. Nous pouvons en faire encore bien davantage, et pour faire écho aux gouverneurs, chefs d’entreprise et individus aux États-Unis suite au retrait du Président Trump des accords de Paris sur le climat, nous restons déterminés.