Cet article a été d'abord publié dans le Toronto Star.

Un domaine autrefois réservé aux investisseurs qualifiés, les programmes d’investissement dans les énergies vertes sont désormais ouverts à des millions de Canadiens qui peuvent ajouter des catégories d’actifs écologiques à leur portefeuille tout en ayant un effet positif dans le monde entier.

L’obligation verte CoPower est un type de placement sur lequel les investisseurs se focalisent. Depuis son lancement il y a 3 ans seulement avec l’objectif initial de recueillir 300 000 $, l’entreprise située à Montréal a levé plus de 30M$ provenant d’investisseurs canadiens et qui sont utilisés pour des projets en énergie propre. De ce montant, plus de 18 M$ ont été collectés par le biais de nos obligations vertes et le solde au moyen de fonds à la disposition d’investisseurs qualifiés.

« Cette première obligation verte n’était qu’un tout petit test initial du marché de l’investissement individuel pour voir si nous pouvions effectivement vendre de l’investissement écologique aux particuliers canadiens depuis une plate-forme en ligne, » déclare Trish Nixon, Directrice Générale et chef des capitaux. Elle ajoute que chaque itération a rencontré plus de succès que celle qui l’a précédé. « Nous avons recueilli les commentaires de nombreux investisseurs qui ont déclaré avoir cherché ce genre de produit car il correspond à leurs propres valeurs et il existe une véritable « soif » parmi les Canadiens pour d’autres produits comme le nôtre.  

L’entreprise a été créée en ayant pour mission de permettre le financement et le développement d’un nombre croissant de projets en énergie propre distribuée au sein du pays tout en donnant aux Canadiens le moyen d’y accéder et d’en tirer parti. Cette approche a porté ses fruits.

« Des adolescents investissent les économies réalisées sur leur job d’étudiant parce qu’ils veulent miser sur le futur. Et vous avez ensuite les institutions, les fondations, les coopératives de crédit et les compagnies d'assurance tentant également d’investir pour un impact environnemental et des profits financiers importants, » indique Nixon.

« Nous voulons réellement nous assurer que les gens peuvent voir, être en contact et concevoir leurs investissements, comprendre la façon dont ils créent de la valeur et obtiennent un rendement ainsi qu’une réduction des émissions de carbone. Cette transparence est une partie importante de notre mission depuis le premier jour.

Les investisseurs CoPower ont deux options : un taux annuel de 5 % disponible sur un terme de 6 ans ou un taux de 4 % sur une durée de 4 ans. Le montant du placement minimum est de 5 000 $. Ces obligations sont également admissibles pour des comptes enregistrés comme le CELI ou le REER.

Tim Nash, président de Good Investing, approuve CoPower pour avoir introduit les obligations vertes auprès des Canadiens ordinaires et salue l’entreprise comme un « catalyseur du changement » s’agissant de placements écologiques.

« Ce type d’investissement vert n’a été offert qu’à des investisseurs qualifiés pendant de longues années, donc les millionnaires essentiellement, et c’était un peu frustrant, » déclare Nash. « Mais lorsque CoPower a sorti ce produit avec un investissement minimal de 5 000 $, les portes se sont subitement ouvertes et cela a démocratisé la possibilité d’acheter des obligations vertes. »

Plus de 700 Canadiens ont jusqu’à présent fait un investissement avec CoPower et, pour la plupart, ce placement constitue leur tout premier en matière de projet en énergie propre. « Si on leur donne l’opportunité, les gens veulent vraiment faire de bonnes choses avec leur argent, » affirme Nixon. « Certains investisseurs nous ont confié que c’est la première fois qu’ils se sentent concernés par leur placement. »

L’investissement qu’ils concrétisent se porte sur un portefeuille de prêts diversifié et en pleine croissance que CoPower attribue à plus de 1 100 projets écologiques au Canada. Notre portefeuille actuel comprend l’installation de panneaux solaires sur toit, de simples modernisations d’éclairage dans des immeubles dans le but de réduire la consommation d’énergie grâce à l’emploi de DEL et, plus récemment, des installations géothermiques résidentielles. 

Selon Nixon, ces projets devraient permettre d’éviter le rejet incroyable de 43 050 tonnes de CO2 sur toute la durée des prêts attribués par CoPower, l’équivalent au retrait de circulation de 9 000 voitures pendant un an. « Pour déplacer réellement l’aiguille quant au changement climatique, nous savons que nous devons mobiliser des millions d’investisseurs écologiques, » dit Nixon, « mais le potentiel est là. »